Les réfugiés Yézidis dans le Val de Drôme

Quelles présences arméniennes à Valence ?

Restaurant arménien, centre historique de Valence,
Crédit Hanus 2019


Recherche en cours de Paul-Emile Aguerre (Master 2 « Mobilités » U. Lyon 2). Depuis l’enquête du sociologue Roger Bastide, publiée en 1931, les « Arméniens de Valence » (installés dans la cité rhodanienne au début des années 1920) sont l’objet de maints questionnements. À partir d’une étude centrée sur les mémoires (à côté de celle du génocide) et l’actualité des « présences arméniennes » à Valence, cette enquête vise à interroger la fabrication d’un « récit de ville » au sein duquel la « communauté  arménienne » occupe une place singulière.

  Modes d’habiter des populations en migration dans les quartiers Chaffit et Valensolles de Valence.

Camp de familles nomades en 1966. Le “village Chaffit” (Valence-sud)
d’après André Deval

Cette enquête socio-historique (printemps 2020) centrée sur les quartiers de Valensolles et Chaffit (séparé de la ville-centre par une autoroute et une zone d’activité industrielle) a pour ambition de mieux saisir les modes d’habiter et manières de cohabiter de différentes populations liées à l’expérience migratoire. Ce faisant on interrogera les formes de sociabilité à l’œuvre dans des zones de logement social dans la seconde moitié du XXe siècle. Le travail d’enquête est confié à l’historienne Linda Guéry.

Mémoires croisées du Centre provisoire d’hébergement des réfugiés de Cognin les Gorges (Isère) 1977-1992.

Cahiers OFPRA, Centre de Cognin, Archives du Secours Catholiques de Grenoble, mars 2017. Crédit Vanderlick

Un peu plus de quarante ans après l’ouverture du CPH, cette expérience sociale, basée sur la rencontre entre des personnes exilées et la population résidente, est encore très présente dans les souvenirs des familles de réfugiés, du personnel de l’établissement, des militants associatifs ainsi que des habitants du village. Cette forme singulière de mobilisation au côté des exilés – qui a suscité l’enthousiasme de nombreux observateurs, à l’instar de l’essayiste grenoblois Paul Dreyfus qui écrivait en 1982 : « un petit village de l’Isère, semblable à beaucoup d’autres en France, mais qui fait un effort exemplaire pour aider, du mieux qu’il peut les réfugiés d’Indochine»– mérite donc d’être interrogée et donnée en partage. Enquête réalisée par Benjamin Vanderlick (ethnologue-photographe) et Philippe Hanus (ethnopôle).

Trajectoires migratoires à travers la frontière franco-italienne de 1945 à nos jours.

Col de l’Echelle (Hautes-Alpes), à la frontière franco-italienne,
par où transitent de nombreuses personnes migrantes.
Crédit Hanus 2019

Il s’agit d’interroger ici quelques expériences migratoires dans les Alpes franco-italiennes (Valle de Susa, Val d’Aoste, Briançonnais, Maurienne et Tarentaise) de 1945 à nos jours. Cette échelle régionale permet de mesurer ce qu’est l’administration quotidienne des mobilités transfrontalières –  planification, sélection, contrôle, affectations, contingentement, expulsions –  et les réponses (tactiques, ruses) que les personnes migrantes apportent aux dispositifs d’encadrement institutionnels des mouvements de population.

Les réfugiés Yézidis du Val de Drôme

Moment festif après la conférence d’Estelle Amy de la Bretèque au Cpa le 25 janvier 2020

Les yézidis font partie des populations les plus anciennes de la Mésopotamie, où leur croyance est apparue il y a plus de quatre mille ans. Majoritairement situés dans le Kurdistan irakien, plusieurs milliers de yézidis se sont également établis en Syrie, en Turquie, en Arménie et en Géorgie. Pris pour cible par des djihadistes de l’État islamique en Irak, certains d’entre eux ont pu trouver refuge en France, et, notamment dans la Drôme grâce à une grande mobilisation associative et citoyenne. L’anthropologue Estelle Amy de la Bretèque réalise en 2019-2020 une enquête de terrain visant à mieux comprendre les recompositions identitaires en diaspora.