Histoire, mémoires et actualité des migrations

0

Rando-mémoire à travers la frontière franco-italienne

Le 31 mai 2019, profitant d’une fin de semaine radieuse, je suis allé faire un petit tour à la frontière franco-Italienne. J’ai enfin pu relier à pied la gare de Bardonecchia (Piémont) au colle della Rho (col de la Roue) à 2541m d’altitude, mettant mes pas dans les pas de centaines de « candidats au passage » vers la France, en provenance de Calabre ou de Sicile après 1945. Ce même itinéraire alpin a été emprunté ultérieurement par des exilés des Balkans, d’Afghanistan, de Syrie et de bien d’autres pays en guerre… qui tentèrent (et tentent encore de nos jours) le « passage clandestin »  de la frontière par la montagne pour rejoindre la ville de Modane (Savoie). Petite invitation à la découverte des secrets de la frontière entre Briançonnais et Maurienne (versant français) ou vallée de Suse (versant italien).

0

Plutôt mourir debout que de vivre à genoux

Nathalie Lignier-Morel, guide conférencière Retour sur le spectacle Les Sans… Librement inspirée du livre Les damnés de la terre de Frantz Fanon, le propos porté par la création théatrale Les sans… dépasse de loin les frontières de l’Afrique post-coloniale, pour atteindre une dimension universelle.

4

Le choléra à nos frontières

Petite chronique de l’épidémie de 1884-85 entre la France et l’Italie En situation de crise sanitaire, les frontières apparaissent comme des points de vulnérabilité par où l’envahisseur (quand bien même s’agit-il d’un virus) vient remettre en question la souveraineté nationale. Cet article vise à interroger leur fonction de « rempart protecteur » entre la France et l’Italie dans le cadre de la gestion sanitaire de l’épidémie de choléra qui s’est répandue en Europe au cours de l’année 1884-85, à partir du Midi de la France. Dans la revue De Facto, l’historien Antonin Durand étudie les liens entre épidémie et xénophobie au cours des années 1880. À découvrir sur le site de de l’Institut Convergences Migrations : http://icmigrations.fr/2020/04/07/defacto-018-05/

0

Le pire n’est pas (toujours) certain

La création théâtrale, un outil politique pour parler des migrations ? Anne-Laure Amilhat-Szary, géographe, laboratoire PACTE, Université Grenoble-Alpes « Le pire n’est pas (toujours) certain », création théâtrale de Catherine Boskowitz est une fantaisie narrative nourrie de diverses œuvres littéraires et de créations plastiques, mais également de musique et de danse, qui  enrichissent la partition de cette dystopie documentée. Cette aventure collective permet d’exprimer de manière distanciée le désarroi des personnes migrantes aux portes de l’Europe, mais aussi le durcissement des positions régaliennes et les contradictions intérieures  des responsables des États, sans oublier les formes de résistance qui s’organisent au sein des sociétés occidentales.  Auteur.es, comédien.nes, exilé.es, chercheur.es s’unissent au concert de voix qui plaident en faveur de « solidarités imprévisibles et transversales».

0

La commémoration du génocide des Arméniens à Valence

Enjeux d’une revendication politique portée par une symbolique religieuse chrétienne, pour la transmission d’une mémoire identitaire Par Ronan Lagadic, master 2 recherche, Étude du fait religieux, Université d’Artois Face à l’atomisation qui minait sa propre cohérence et menaçait sa pérennité avec les perspectives de dissolution des appartenances religieuses traditionnelles induites par la modernité française, la religion identitaire arménienne s’est réinventée à travers la reconnaissance et la commémoration du génocide, sorte de nouveau paradigme ethno-religieux arménien

1

Sauf-conduit. Cahiers de l’ethnopôle « Migrations, Frontières, Mémoires » 1/ 2019

Sauf–conduit est le titre des Cahiers de l’ethnopôle « Migrations, Frontières, Mémoires » du Centre du Patrimoine Arménien à Valence (Drôme). Ouverte au plus grand nombre (étudiants, chercheurs, enseignants, artistes, travailleurs sociaux, militants associatifs et autres esprits curieux), cette publication numérique vise à interroger la dynamique des mouvements migratoires passés et présents, qu’ils soient imposés ou choisis, temporaires ou définitifs, du village vers la métropole, au-delà des frontières nationales, et ce jusqu’à l’échelle intercontinentale. La fabrique des « indésirables », dans les sociétés européennes hier et aujourd’hui Le 80e anniversaire des décrets-lois Daladier a servi de prétexte au comité scientifique des Voix d’exils pour engager une réflexion collective sur la fabrique des « étrangers indésirables » hier et aujourd’hui, manière de s’interroger sur le processus de criminalisation des personnes migrantes par les autorités des différents états européens. Les contributions réunies dans ce premier numéro de Sauf-conduit émanent de jeuneschercheur.e.s d’horizons disciplinaires variés invité·e·s à présenter leurs travaux lors des rencontres Voix d’exils 2018 : Aurélie Audeval, Sylvain Bissonier, Anne Boitel, Lison Leneveler, Thomas Ott

0

« À Valence tout le monde connait un Arménien ! »

À propos d’une enquête ethnographique dans la cité rhodanienne Paul-Emile Aguerre, Master 2 recherche, « Mobilités, hommes, temps, espaces », Université Lumière Lyon 2 Présentée comme « la ville aux 10% d’arméniens » et donc haut lieu de la diaspora arménienne française, Valence semble à première vue ne pas correspondre à l’idée que l’on se fait d’une « petite Arménie » : un quartier avec des caractères distincts du reste de la ville. En effet peu d’éléments pittoresques retiennent l’attention du passant : les rues du Haïnots (le quartier arménien) sont peu animées et n’attirent guère le regard.

0

Du rififi à la frontière franco-suisse. La Cure, massif du Jura, XIXe-XXIe siècles

La Cure est un hameau franco-suisse lové au pied du massif de la Dôle, partagé entre les communes de Saint-Cergue (canton de Vaud) et Les Rousses (département du Jura). Dans la seconde moitié du XIXe siècle, soucieux de faciliter des corrections routières pour rapprocher Paris et Genève, les géomètres français et suisses ont tracé une nouvelle ligne frontière en plein milieu de La Cure. Depuis cette époque, l’automobiliste qui pénètre cet étrange village ne peut manquer d’apercevoir un imposant bureau des Douanes toujours actif. Dans  ce « coin de frontière » les histoires de menus trafics, de contrebande, mais également de passage et de sauvetage de populations persécutées durant la Seconde Guerre mondiale, sont légion. Partons à la découverte des patrimoines et mémoires de la frontière.

0

Le thème des migrations dans le cinéma de fiction, en France (et dans les pays voisins)

Yvan Gastaut, historien, maître de conférences à l’Université de Nice Sophia-Antipolis – Laboratoire URMIS. Philippe Hanus, historien, coordinateur ethnopôle « Migrations, Frontières, Mémoires » Le Cpa Valence. Dans la seconde moitié du XXe siècle, le thème des migrations connait un intérêt grandissant auprès des réalisateurs, qui va s’intensifiant après 1968. Dès lors, en fonction de l’actualité (géo)politique, de la personnalité et du parcours du cinéaste, l’évocation de ce sujet de société par le 7e art prend des formes très différentes : comédie, drame, aventure, chronique sociale etc.

0

Témoigner de l’expérience, des mémoires et des héritages des migrations

Synthèse de la journée d’étude du 16 novembre 2018, co-organisée par le Cpa, la Drac, Traces et le CMTRA en partenariat avec Migrant’Scène (Cimade) Le 16 novembre 2018, le Cpa a accueilli une manifestation culturelle et scientifique régionale dont l’ambition était d’interroger les enjeux de la production et des usages du témoignage en lien avec la migration. Cette rencontre, qui fut un des temps forts de la biennale Traces, a rassemblé une centaine de personnes, parmi lesquelles des travailleurs sociaux, artistes, professionnels de la culture, étudiants, chercheurs en sciences sociales, enseignants, militants associatifs, élus locaux, etc.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search