Ciné, expos, spectacles, bouquins…

Bouquin

Corinne Alexandre-Garner, Alexandra Galitzine-Loumpet, L’objet de la migration, le sujet en exil, Presse universitaire de Paris-Nanterre, 2020

Cet ouvrage collectif de la collection « Chemins Croisés » propose de partir des objets de la migration pour appréhender la condition des sujets en exil. Tour à tour vestiges, déchets ou reliques, rares ou courants, les objets rapportent la pluralité des lieux, des frontières aux campements, des espaces de soin psychique aux scènes littéraires et visuelles, de la maison au musée. A l’inverse, l’expérience de la migration transforme les objets, leurs fonctions et usages techniques et sociaux.
Selon les situations, un rasoir ne sert plus à raser, un saz est bien plus qu’un instrument de musique, une peluche est autre chose qu’un jouet. Les objets mettent ainsi au jour les savoir-faire et savoir-être des exilés tout autant qu’ils rapportent les violences politiques et servent d’ancrages mémoriels. Hors de l’expérience des sujets, certains deviennent emblématiques des représentations des phénomènes migratoires, à l’instar du gilet de sauvetage, plus symbole de mort que de vie.
C’est précisément l’objet de ces contributions multidisciplinaires que d’interroger l’existence d’une culture matérielle de la migration et dans la durée d’une langue matérielle de l’exil, de montrer en quoi l’objet fait trace et comment il fait place au sujet.

Bouquin

Karen Akoka, L’asile et l’exil Une histoire de la distinction réfugiés/migrants, édition de La découverte, 2020

La distinction entre réfugiés politiques et migrants économiques s’est aujourd’hui imposée comme une évidence, tout comme la hiérarchie qui légitime l’accueil des réfugiés au détriment des migrants. Ce livre montre que ces définitions en disent plus long sur les États qui les appliquent que sur les individus qu’elles sont censées désigner. Car il n’existe pas de réfugié en soi que les institutions pourraient identifier pour peu qu’elles soient indépendantes ou en aient les moyens. La catégorie de réfugié se reconfigure en réalité sans cesse, au fil du temps, au gré des changements de rapports de force et de priorités politiques.Plutôt que d’analyser les parcours des exilés pour déterminer s’il s’agit de réfugiés ou de migrants, cet ouvrage dissèque l’institution qui les nomme : l’Office français de protection des réfugiés et des apatrides (Ofpra), depuis sa création en 1952. Il établit que la chute du taux de reconnaissance du statut de réfugié est moins liée à la transformation des profils des requérants, à l’obsolescence de la Convention de Genève ou à une perte d’indépendance de l’Ofpra qu’à un changement de subordination. Alors que, pendant la guerre froide, l’assujettissement du droit d’asile aux politiques diplomatiques et le besoin de main-d’oeuvre favorisaient un taux élevé d’accords, son instrumentalisation par les politiques migratoires, dans le contexte de la construction de l’immigration comme problème, entraîne un taux élevé de rejets.En s’intéressant aux acteurs du droit d’asile, à leurs profils et à leurs pratiques les plus quotidiennes, cette sociohistoire, par le bas, des politiques d’asile en France apporte une contribution nouvelle à l’analyse du pouvoir d’État en actes à l’égard des étrangers.

Bouquin

Camille Schmoll, Les damnées de la mer. Femmes et frontières en Méditerranée, La Découverte, Paris, 2020.

Pendant longtemps, les femmes ont été absentes du grand récit des migrations. On les voyait plutôt, telles des Pénélope africaines, attendre leur époux, sédentaires et patientes. Il n’était pas question de celles qui émigraient seules. Elles sont pourtant nombreuses à quitter leur foyer et leurs proches, et à entreprendre la longue traversée du désert et de la Méditerranée.

Fondé sur une recherche au long cours, menée aux marges de l’Europe, en Italie et à Malte, ce livre est d’abord une enquête sur la trace des survivantes. Au fil des récits recueillis, il restitue les parcours de ces femmes, de déchirements en errance, de rencontres en opportunités. Entre persécutions, désir d’autonomie et envie d’ailleurs, les causes de leur départ sont loin d’être simples et linéaires.

Les Damnées de la mer offre ainsi une plongée dans la vie quotidienne de ces femmes, dans des centres d’accueil où leur trajectoire est comme suspendue, dans l’attente d’une reconnaissance de la part de cette Europe qui les rejette souvent. L’ennui et la marginalisation sont en effet omniprésents. Mais ces femmes sont également résistantes et stratèges, à la recherche de lignes de fuite.

En restituant les multiples facettes de ces trajectoires, ce livre permet de décliner l’histoire des migrations en Méditerranée au féminin. Il refuse les clichés binaires qui opposent, d’un côté, la migrante-victime, et de l’autre, la migrante-héroïne, et plaide pour un regard qui parte du point de vue de l’autonomie des femmes : expérience mouvante, relationnelle, réflexive, toujours partielle et sujette à contradictions, l’autonomie se révèle à la fois support et horizon pour le projet migratoire.

Expo

« Le mal du voyage », au Musée d’ethnographie de Neuchâtel

En résonance avec les articles du géographe Philippe Bourdeau et de l’anthropologue Rodolphe Cristin, parus dans Le Monde diplomatique du mois de juillet, qui questionnent la nécessaire réinvention du tourisme dans le contexte de la crise socio-environnementale :https://www.monde-diplomatique.fr/2020/07/BOURDEAU/61947https://www.monde-diplomatique.fr/2020/07/CHRISTIN/61948… le Musée ethnographique de Neuchâtel (Suisse) présente une exposition passionnante sur « Le mal du voyage » : https://www.men.ch/fr/expositions/la-black-box/Un parcours en douze séquences aborde autant de pratiques et d’imaginaires contrastés : projets de moralisation (éco-tourisme, tourisme spirituel…), sens cachés du farniente plagiste, quêtes de santé mentale et physique, appétit du monde, goût des autres, réactions autochtones face à l’engorgement des villes, mises en image de la nature, confessions de backpackers attirés par l’interdit, fascination pour les confins, productions de nouvelles esthétiques et blues du retour, aboutissant à formuler sans cesse de nouveaux projets de départ. Les tourismes offrent matière à une réflexion passionnante sur la condition et la mobilité humaine dans ce premier quart du 21e siècle.

Bouquin

ObsMigAM, Le manège des frontières. Criminalisation des migrations et solidarités dans les Alpes-Maritimes, Le passager clandestin éditions, coll. La bibliothèque des frontières, 2020.

Coordonné par Pinar Selek et Daniela Trucco, le livre contient les contributions de Cecilia Vergnano, Daniela Trucco, Pinar Selek, Swanie Potot, Emilie Pesselier, Agnès Lerolle, Luca Giliberti, Yvan Gastaut, Ivan Bonnin, Livio Amigoni.    

Quatrième de couverture : Les Alpes-Maritimes – entendues comme une région transfrontalière englobant le département français homonyme ainsi que le versant italien de cette frontière – sont devenues en 2015 un pôle migratoire de premier plan, tant par le volume de personnes migrantes concernées que par l’enjeu politico-médiatique que celles-ci représentent. Ce territoire, marqué par un imaginaire des confins vieux de cent-cinquante ans, est emblématique – au même titre que Calais ou Lampedusa – du « retour des frontières » en Europe. Il est aussi l’une des scènes majeures du « spectacle de la frontière» et des multiples luttes et rapports de forces qu’il génère. Pour comprendre ce qui s’y joue, l’Observatoire des migrations dans les Alpes-Maritimes réunit ici sociologues, anthropologues, politistes et historiens, ainsi que des acteurs de la société civile, autour d’une analyse approfondie des processus de « frontiérisation», et de la criminalisation des migrations et des solidarités qu’ils suscitent.  

Revue

Clio. Femmes, Genre, Histoire,  n° 51 (printemps 2020)

Femmes et genre en migration

1910. Une dame avec ses enfants arrivant à New York vers 1910
( “Storia dell’emigrazione italiana”, 2001)

A lire en ligne sur : https://journals.openedition.org/clio/

Responsables du numéro :
Linda GUERRY & Françoise THÉBAUD

S’inscrivant dans une actualité politique et scientifique, ce numéro de Clio, attentif aux approches et sources nouvelles, questionne les femmes et le genre en migration au cours de l’histoire. De l’Antiquité à la période très contemporaine, les contributions, qui s’intéressent à des migrations de grande ampleur, proposent de nouvelles lectures des mouvements migratoires, montrent la capacité d’agir des femmes migrantes mais aussi les contraintes liées aux rapports de genre. Ce dossier interroge également ce que fait la migration à la féminité, à la masculinité, aux rôles socio-sexués, en mobilisant la notion de réagencement de genre.

« Revues en lutte » Sciences en danger, revues en lutte. Par le collectif des revues en lutte, le Comité de rédaction de Clio. FGH & Camille Noûs

Editorial 

Linda GUERRY & Françoise THÉBAUD
Éditorial. Femmes et genre en migration

Dossier

Marie-Adeline LE GUENNEC
Mobilités et migrations féminines dans l’Antiquité romaine. Une histoire fragmentaire
Irene BARBIERA
Du fer et du sang. Le genre des Grandes invasions (IVe-VIe siècle)
Virginie ADANE
Des Provinces-Unies à la vallée de l’Hudson. Réagencement de genre en Nouvelle-Néerlande (1624-1664)
Elisa CAMISCIOLI
La « traite des femmes », une histoire de migrations (France-Cuba, début du XXe siècle)
Stéphanie CONDON
Entre stratégies individuelles et stratégies de l’État. Le genre de l’émigration antillaise dans les années 1960

Regards complémentaires

Chiara QUAGLIARIELLO
Donner ou non la vie à Lampedusa. Histoires de migrations plurielles 

Joachim HÄBERLEN
« En route vers la liberté » ? Trois récits de réfugiées musulmanes en Allemagne

Isabelle LACOUE-LABARTHE & Alice LACOUE-LABARTHE
La trilogie Istanbul-Berlin d’Emine Sevgi Özdamar. Genre et écriture entre deux mondes

Actualité de la recherche

Nancy GREEN 

Quatre âges des études migratoires

Documents

Elise VALLIER-MATHIEU
La migration noire américaine. Le récit de vie de Jane Edna Hunter (1882-1971)

Linda GUERRY
Réunir les familles séparées par la migration. Récits de l’Immigrants’ Protective League à Chicago, 1931 Andrew DJ SHIELD
Turcs et Marocains aux Pays-Bas pendant la Révolution sexuelle (1964-1979). Une analyse photographique

Témoignage

Marianne AMAR
Migrantes au musée. Questions posées à l’histoire (entretien) par Linda GUERRY & Françoise THÉBAUD

Portrait

Anna BELLAVITIS
Angela Groppi (1947-2020), pionnière de l’histoire des femmes en Italie

Varia

Isabelle MATAMOROS
L’habitude de bien lire. Lectures quotidiennes d’une jeune bourgeoise dans les années 1820
Solange LAPEYRIÈRE
Celles qui sortent et celles qui restent. « Carrières asilaires » des femmes internées dans les asiles en France au XIXe siècle.

Bouquin

Frontières – Abattre les murs taboo portant – 73 poètes

Bacchanales n°62 – Revue de la Maison de la Poésie Rhône-Alpes

 « Les poètes sont des passeurs de frontières » écrivent Françoise Alléra et Pierre Vieuguet, co-présidents de la Maison de la Poésie Rhône-Alpes dans le Mot de l’éditeur qui ouvre l’anthologie.
Frontières au pluriel pour souligner la pluralité, autant par le nombre de poètes, et leur origine que par la diversité des langues.

Zéno Bianu, Sentinelle aux immensités brûlées

« Il a oublié son nom.

Depuis des lustres.

Il a une tête de kurde, d’apache ou d’abyssin.

Il s’appelle Ulysse ou Yves Klein.

Joas ou Elvin Jones,

Bleu fauve.

Sinbad ou Jouffroy,

Segalen ou Leonard Cohen.

C’est un héros naufragé, dans tous les sens.

Mais qui va toujours vers la vie.

Par-delà le fracas des exils.

Par-delà les étoiles océanes.

Il sait que son chant perdure sans relâche.

Il boit au lait des galaxies.

Toujours vers la vie ».

https://www.maisondelapoesierhonealpes.com/editions/bacchanales/

Bouquin

Jean-Frédéric de Hasque, Clara Lecadet (dir.), Après les camps. Traces, mémoires et mutations des camps de réfugiés, Louvain-la-Neuve, Editions Academia, coll. « Investigations d’anthropologie prospective », 2019, 252 p.

 

 

Cet ouvrage apporte une lecture croisée de l’actualité et de l’histoire des camps de réfugiés, en s’intéressant aux initiatives institutionnelles et aux luttes associatives qui président à la création et à la fermeture de ces lieux, à leur disparition ou à leur conservation une fois le temps de l’urgence passé, à leurs traces matérielles et aux mémoires qui en émergent. L’après-camp interroge l’histoire des camps de réfugiés, leur présent, mais aussi leur devenir.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search