Auteur : Philippe Hanus

1

Le quartier Chaffit à Valence, une histoire à l’écart (1950-1990)

 Linda Guerry historienne Chaffit, c’est  au sud de Valence : 30 hectares bordés par l’A7, le Rhône, qui abritent la caserne des pompiers, la Clinique générale et l’aire des gens du voyage. On pourrait presque croire que ce quartier n’a pas d’identité, pas de mémoire. Et pourtant…  L’historienne Linda Guerry nous présente son histoire après la Seconde Guerre mondiale.

0

Mémoires et actualité des passages à travers les cols de la frontière entre l’Italie et la France. De la Valle Stretta à Modane

A la suite des maraudes réalisées au col de Montgenèvre en octobre 2020 et février 2021, le géographe Olivier Clochard poursuit ses déambulations le long de la frontière franco-italienne dans l’idée de voir un peu plus précisément les conditions de passage qui s’offrent aux exilés franchissant à pied, en train ou en voiture les différents cols des Alpes

0

La barrière de l’Esseillon. Frontière et prison (Maurienne, Savoie)

René Chemin, archéologue retraité de l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (INRAP)    Situé entre Lanslebourg et Modane (Savoie), l’Esseillon est une barrière rocheuse naturelle qui oscille entre 1200 et 1500 mètres d’altitude. Avec ses falaises à pic de plus de 100 mètres, ce verrou glaciaire composé de calcaire dur a de tout temps représenté une frontière naturelle difficile à franchir pour accéder au plateau d’Aussois, à la Haute-Maurienne et à l’Italie.

0

Les chevaliers du couteau

Usages journalistiques et politiques d’une formule italophobe à la fin du XIXe siècle Philippe Hanus La catégorisation d’un Autre comme un élément à séparer de l’ensemble que l’on constitue est la démarche centrale des processus d’exclusion nécessaires à la construction des rapports entre État et société.  Sous la Troisième République, l’amorce d’une telle catégorisation est l’œuvre de certains représentants des élites cultivées qui désignent l’immigré italien comme fauteur de trouble et « envers du national ». 

0

À l’assaut du « fort des nuages » ! Le mont Chaberton, haut lieu du nationalisme de la frontière (1880-1945)

Philippe Hanus, Coordinateur de l’ethnopôle “Migrations, Frontières, Mémoires” Le mont Chaberton (alt : 3131 m), dont l’étrange silhouette hérissée de tourelles et de barbelés, domine le Briançonnais en France et le val de Suse en Italie, est un lieu témoin du « nationalisme de la frontière ». Ce sommet abrite des vestiges de diverses constructions militaires italiennes édifiées entre la fin du XIXe siècle et la Seconde Guerre mondiale. Surnommé le « cuirassé des nuages », le Chaberton fut longtemps considéré comme le plus haut fort du monde. Et si nous partions à la découverte de cet exceptionnel paysage-mémoire ?

1

Les bains-douches, au croisement des questions migratoires et d’une politique de l’hygiène Un projet de recherche en Auvergne-Rhône-Alpes

Marina Chauliac, Linda Guerry, Claire Levy-Vroelant Répondant à la nécessité d’un accès à l’eau et à la santé pour les plus précaires, le maintien des bains-douches fait écho aux mesures hygiénistes et sociales qui ont permis leur création à partir du XIXème siècle en Europe et en Amérique du Nord. Symboles de modernité et produits de la politique municipale d’hygiène et de santé publique, les bains-douches ont souvent été associés à la construction de logements sociaux mais aussi à des piscines, dans une vision associant hygiène et pratique sportive. De leur apparition jusqu’à nos jours, les bains-douches sont révélateurs des « techniques du corps » qui concernent l’entretien physique, la santé comme l’apparence, ainsi que des discours normatifs qui les accompagnent.

0

Être ou se sentir coratin à Grenoble aujourd’hui. Identités visibles, inconscientes ou revendiquées

Anastasia Chauchard, Eliott Bouanchaud  Il semblerait que l’immigration italienne dans l’agglomération grenobloise fasse désormais désormais partie du patrimoine régional. Si les habitants de Corato, petite ville des Pouilles au Sud de l’Italie, occupent une place de choix dans le « roman des Grenoblois » au cours des années 1970-1990, leur présence semble de nos jours quelque peu oubliée de la population locale. Et si on allait y voir d’un peu plus près en compagnie de deux étudiant.es en histoire ? ps : afin qu’il n’y ait pas de malentendu avec les lecteurs, il nous faut préciser qu’il s’agit là d’une première initiation à la recherche… réalisée par des étudiant.es en L3, dans le contexte de la crise du Covid 19.

0

Melbourne, un musée pour raconter l’immigration en Australie

Philippe Bouchardeau, historien, chercheur associé au LARHRA À quelques pas de la gare centrale de Melbourne de « Flinders Street », face à la Yarra River, l’ancien hôtel des douanes de l’État de Victoria héberge le musée australien de l’immigration (« Immigration Museum ») qui a ouvert ses portes au public en novembre 1998

0

Plutôt mourir debout que de vivre à genoux

Nathalie Lignier-Morel, guide conférencière Retour sur le spectacle Les Sans… Librement inspirée du livre Les damnés de la terre de Frantz Fanon, le propos porté par la création théatrale Les sans… dépasse de loin les frontières de l’Afrique post-coloniale, pour atteindre une dimension universelle.

4

Le choléra à nos frontières

Petite chronique de l’épidémie de 1884-85 entre la France et l’Italie En situation de crise sanitaire, les frontières apparaissent comme des points de vulnérabilité par où l’envahisseur (quand bien même s’agit-il d’un virus) vient remettre en question la souveraineté nationale. Cet article vise à interroger leur fonction de « rempart protecteur » entre la France et l’Italie dans le cadre de la gestion sanitaire de l’épidémie de choléra qui s’est répandue en Europe au cours de l’année 1884-85, à partir du Midi de la France. Dans la revue De Facto, l’historien Antonin Durand étudie les liens entre épidémie et xénophobie au cours des années 1880. À découvrir sur le site de de l’Institut Convergences Migrations : http://icmigrations.fr/2020/04/07/defacto-018-05/

0

Le pire n’est pas (toujours) certain

La création théâtrale, un outil politique pour parler des migrations ? Anne-Laure Amilhat-Szary, géographe, laboratoire PACTE, Université Grenoble-Alpes « Le pire n’est pas (toujours) certain », création théâtrale de Catherine Boskowitz est une fantaisie narrative nourrie de diverses œuvres littéraires et de créations plastiques, mais également de musique et de danse, qui  enrichissent la partition de cette dystopie documentée. Cette aventure collective permet d’exprimer de manière distanciée le désarroi des personnes migrantes aux portes de l’Europe, mais aussi le durcissement des positions régaliennes et les contradictions intérieures  des responsables des États, sans oublier les formes de résistance qui s’organisent au sein des sociétés occidentales.  Auteur.es, comédien.nes, exilé.es, chercheur.es s’unissent au concert de voix qui plaident en faveur de « solidarités imprévisibles et transversales».

0

La commémoration du génocide des Arméniens à Valence

Enjeux d’une revendication politique portée par une symbolique religieuse chrétienne, pour la transmission d’une mémoire identitaire Par Ronan Lagadic, master 2 recherche, Étude du fait religieux, Université d’Artois Face à l’atomisation qui minait sa propre cohérence et menaçait sa pérennité avec les perspectives de dissolution des appartenances religieuses traditionnelles induites par la modernité française, la religion identitaire arménienne s’est réinventée à travers la reconnaissance et la commémoration du génocide, sorte de nouveau paradigme ethno-religieux arménien

1

Sauf-conduit. Cahiers de l’ethnopôle “Migrations, Frontières, Mémoires” 1/ 2019

Sauf–conduit est le titre des Cahiers de l’ethnopôle « Migrations, Frontières, Mémoires » du Centre du Patrimoine Arménien à Valence (Drôme). Ouverte au plus grand nombre (étudiants, chercheurs, enseignants, artistes, travailleurs sociaux, militants associatifs et autres esprits curieux), cette publication numérique vise à interroger la dynamique des mouvements migratoires passés et présents, qu’ils soient imposés ou choisis, temporaires ou définitifs, du village vers la métropole, au-delà des frontières nationales, et ce jusqu’à l’échelle intercontinentale. La fabrique des « indésirables », dans les sociétés européennes hier et aujourd’hui Le 80e anniversaire des décrets-lois Daladier a servi de prétexte au comité scientifique des Voix d’exils pour engager une réflexion collective sur la fabrique des « étrangers indésirables » hier et aujourd’hui, manière de s’interroger sur le processus de criminalisation des personnes migrantes par les autorités des différents états européens. Les contributions réunies dans ce premier numéro de Sauf-conduit émanent de jeuneschercheur.e.s d’horizons disciplinaires variés invité·e·s à présenter leurs travaux lors des rencontres Voix d’exils 2018 : Aurélie Audeval, Sylvain Bissonier, Anne Boitel, Lison Leneveler, Thomas Ott

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search