Le pire n’est pas (toujours) certain

La création théâtrale, un outil politique pour parler des migrations ?

Anne-Laure Amilhat-Szary, géographe, laboratoire PACTE, Université Grenoble-Alpes

« Le pire n’est pas (toujours) certain », création théâtrale de Catherine Boskowitz est une fantaisie narrative nourrie de diverses œuvres littéraires et de créations plastiques, mais également de musique et de danse, qui  enrichissent la partition de cette dystopie documentée. Cette aventure collective permet d’exprimer de manière distanciée le désarroi des personnes migrantes aux portes de l’Europe, mais aussi le durcissement des positions régaliennes et les contradictions intérieures  des responsables des États, sans oublier les formes de résistance qui s’organisent au sein des sociétés occidentales.  Auteur.es, comédien.nes, exilé.es, chercheur.es s’unissent au concert de voix qui plaident en faveur de « solidarités imprévisibles et transversales».

https://lecpa.hypotheses.org/wp-admin/

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search